parafer ordinaire 20,00 EUR


« Particulier »………vous avez dit « particulier » ????
Mais qui donc le premier lança ce pavé à la face de Jean François Joubert , réduisant son talent à une « hors-normité » ?

S’il fallait qualifier ce roman, science fiction décalée, surréaliste à souhait, j’emploierais plutôt le terme de « déstabilisant » ; oui, voilà, vous y êtes, perturbant et déstabilisant.

Voilà pourquoi, Monsieur Joubert, je vous ai haï.
Le premier contact , facile, agréable, avec l’écriture, le style, de ce roman…..votre délicieuse habileté à jongler avec les mots….les apartés malicieuses…….un avant-goût de paradis.

Puis , roulement de tambour, arrivent les idées, le pladoyer contre une réalité partagée, la remise en question d’une collectivité brimée ( pas la nôtre, hein ?), d’une société formateuse……et l’enfer pointe son » nez clai » !

Voilà aussi le pourquoi de cette première tentative d’explication d’un titre étonnant… « parafer, à mi-chemin entre paradis et enfer » ?

Mais revenons en donc à votre « chienne de vie » !
L’histoire se déroule sur une « planète des chiens », n’en déplaise à Pierre Boulle ( qui préféra les singes) .
Ces idiots de canins, organisés en société autarcique, formatés, étiquetés, privés de liberté, de pensée, d’espace et même de rêves…………incapables de désirer sous peine d’exclusion, abreuvés d’images vides ( de ce que nous, humains évolués, nommons la « boîte à cons »)…..
Calibrés, étiquetés, soumis, …pfff…..ayant domestiqué même l’espèce humaine.
Toute l’espèce humaine, ad vitam aeternam….sauf, votre Honneur, l’aïeul réfractaire de ce sieur Joubert !
Car cet ancêtre-là, devant le choix ultime, « fuir ou avancer » , choisira l’Aventure, et puis la Liberté. Nous suivrons son périple, d’automne monotone en printemps noir, et d’hiver bienheureux en été haineux.
Seulement, « la liberté ne simplifie pas forcément la vie, c’est une évidence » !

Ce roman vous bringuebale, ce roman vous balade ,entre bien-être littéraire, légèreté du style , audace des interventions mesurées de l’Auteur, et malaise généré par un questionnement sous-jacent :quel est le sens d’une vie, vie de chien, vie d’humain ? n’avons-nous pas perdu bien plus que nos idées ?

ces chiens sont des humains, au final, qui s’ignorent !

« ce bouledogue français ne pouvait plus penser et il ignorait l’existence des rêves. Ce chien n’avait pas de monde intérieur, une absence totale d’évasion, une imagination immobile ».

Merci, monsieur Joubert, d’avoir lancé la première pierre !
Et bien l’bonjour chez vous, mister John Drake, aka prisonnier number 6 !( oui, ça a eu cet écho-là chez moi…..)

 

Chronique de Carole Defer

 peu de stock, collector

http://chroniquesdelarentreelitteraire.com/2012/08/romans-francais/parafer-ordinaire-de-jean-francois-joubert

Vous êtes intéressé par ce produit ? Laissez-nous vos coordonnées pour être recontacté par nos services.

Nom *

Prénom *

Société *

Code postal *

E-mail *

Téléphone *

* Veuillez remplir tous les champs obligatoires

Pas d'infos supplémentaires
Article(s) similaire(s)

Vous pourriez également être intéressé par les produits suivants :